La rétrospective de mon année 2017 de Hockey

Alors que 2018 pointe le bout de son nez dans les prochaines heures, il est temps que je regarde un peu en arrière pour revenir sur mes expériences de bénévolats et mes émotions dans le hockey. Année riche en rencontres et partages avec le Championnat de mes Lions et le Mondial des bleus à domicile…

Winter Game au Parc OL

Notre vestiaire pour le Winter Game

Avant d’attaquer 2017, la veille du réveillon 2016 se déroulait un second Winter Game en France. Match historique pour plusieurs raisons. Déjà, ce n’était que le 2e événement dans l’histoire récente du Championnat de France après celui organisé par Grenoble quelques années auparavant. Ensuite, le record d’affluence pour un match de championnat de France était battu, officiellement du moins, avec prêt de 25 000 spectateurs au Parc OL (renommé Groupama Stadium depuis). J’ai eu la chance d’officier pendant ce match, d’être le chronométreur officiel. Grand moment. Grand fan de l’OL, j’avais bien évidemment déjà assister à plusieurs matchs en tant que spectateur et fait la visite du Stade. Mais là, j’ai fait parti des privilégiés qui ont pu être au centre de la pelouse (certes protégée) et donc au milieu du Stade. J’avoue, j’étais quelque peu stressé avant le match, car j’utilisais un logiciel de chronométrage différent de celui de Charlemagne. Et je ne pouvais pas me permettre d’erreurs devant le nombre de spectateurs et de téléspectateurs, le match étant retransmis en direct sur la chaîne l’équipe afin de promouvoir le hockey en France.

les Lyonnais à l’échauffement au Parc OL

Malgré la défaite, méritée, des Lions (5-2) contre Grenoble, et le froid du 30 décembre, j’en garde un excellent souvenir. Je mesure la chance que j’ai eu de pouvoir être là, au cœur de l’action quand on sait que certains de mes collègues de la table de marque n’ont pas pu être proches de nous et ont dû se trouver dans les tribunes, au milieu des spectateurs. Mais cet événement, pas fréquent en France, est appelé à se reproduire plus souvent dans d’autres stades. J’espère avoir la chance de pouvoir assister à d’autres Winter Game (ou Winter Classic) tant en France qu’au Canada, soit en tant que spectateur, soit en tant que bénévole.

Ligue Magnus

Pendant que la saison régulière de SaxoPrint Ligue Magnus se déroule, je passe avec succès les étapes de sélections (entretien oral via Skype) pour être bénévole lors du mondial du mois de mai à Paris. Hâte d’y être… Alors que les Lions rétrogradent au fur et à mesure du championnat de la 1re à la 5e place, je continue mon rôle à la table de marque. J’ai malgré tout quelques absences à cause du boulot (chantier dans le sud notamment) et ne peux être présent à tous les matchs, notamment le dernier de Play-Offs face à nos meilleurs ennemis des Boxers de Bordeaux. Mon ultime match de la saison 2016-2017 aura donc été le Match #3 des PO et cette défaite un peu frustrante en fusillades contre ces mêmes Boxers. Je savais que le prochain match auquel j’assisterai serait à Paris. J’ai pu suivre la suite de la saison de NHL ainsi que la fin de saison française avec le titre gapençais du sorcier Luciano Basile.

Mondial à Paris

Événement attendu par grands nombres de fans de hockey, Paris accueille (en duo avec Cologne qui aura les matchs de phases finales) pour la 2e fois (soyons optimiste) le mondial de hockey à Bercy.

Le rôle de Bénévole

Courant Mars, j’avais l’avis définitif concernant mon bénévolat au mondial. J’étais accepté dans la « Team Compétition » dirigé par Axel, le responsable de cette équipe. Le temps pour moi de poser mes congés (sans soucis) et de trouver un logement. Mission plus délicate, étant donné que l’organisation ne fournissait pas d’endroit où dormir. Système D pour tous les bénévoles ne venant pas de Paris. J’ai quand même eu de la chance. En effet, un membre d’un forum de hockey a proposé de m’héberger le temps du 1er week end (en échange d’un chapeau de supporter de l’équipe de France, merci encore Romain dit betterav pour les 2-3 jours passés chez toi à parler hockey). Pour la suite, via le groupe Facebook des supporters, un autre bénévole cherchait une autre personne pour partager sa chambre. Le 1er jour du tournoi, j’arrive en avance pour récupérer ma précieuse accréditation avant de rentrer pour la 1re fois de ma vie dans Bercy. Lieu mythique du sport et des concerts. Déjà, les supporters sont attablés dans les bars voisins, prêts à donner de la voix pour soutenir leurs équipes. Suisses, Tchèques, Finlandais… Le monde du hockey vient à Paris.

Supporters Finlandais prenant des forces avant l’ouverture du mondial. Les « Suomis, Suomis » résonnaient dans la rue

J’arrive donc au centre des volontaires pour récupérer mes dotations : veste polaire, veste en jogging, casquette. Avec cela, impossible de passer inaperçu dans les travées de l’enceinte. Je croise Lucille, notre responsable qui va gérer les volontaires d’une main de fer (dans un gant de velours) pendant 15 jours. Première arrivée, dernière partie, limite à dormir sur un des canapés. Le centre des volontaires, centre névralgique de la centaine de bénévoles qui officient tout au long de la compétition. À l’instar des suiveurs de la compétition tels que les staffs, spectateurs ou journalistes, ce centre est une véritable auberge espagnole. En effet, en plus des nombreux Français présents (logique), on trouvait également des Canadiens, Slovaques ou Suisses. Et tout ce monde se retrouve, échange, partage au sein des différentes équipes (chauffeurs, service aux spectateurs, compétition…). J’ai vraiment passé de super moments, que ce soit avec des aficionados de la crosse ou d’autres moins habitués aux patinoires. Par exemple, je rigolais bien avec un volontaire du service des spectateurs qui n’avait jamais vu de match de hockey mais qui avait commencé le bénévolat sportif lors du mondial de handball en janvier 2017. J’ai également bien échangé avec mon « p’tit Suisse », dans la même équipe que moi. Il venait de Lausanne, avait eu l’opportunité d’être interviewé par une télévision Suisse. La Star des Stats ! Stéphane savait déjà qu’il postulerai pour les mondiaux en pays helvète. Le chambrage, gentil bien sûr, était de mise lors du France-Suisse remporté par nos bleus en fusillade.

Les équipes avant France-Finlande

Quand j’ai connu la mission qui m’était allouée, j’ai été déçu car je pensais que je serais comme à Lyon, au chronomètre. Finalement, ce rôle a été confié à des bénévoles plus aguerris que moi aux joutes internationales, car ils avaient officié lors des JO 2006 à Turin. Une fois la déception passée, je me suis engagé à plein dans mes différentes missions. La majeure partie du temps, je travaillais en binôme sur les plus/minus : indiqué au moment des buts qui étaient présent sur la glace pour l’équipe dont j’ai la charge. J’ai également eu un rôle de spotter. Je devais aider mon binôme qui renseignait les tirs du match (position sur la glace, cadré, arrêté…) sur l’ordinateur. Toutes les statistiques du match étaient compilées dans un ordinateur. À la pose des tiers temps, il fallait aller dans les vestiaires des équipes pour leur donner les statistiques de la partie ainsi rassemblées. C’était mon rôle en tant que Runner sur certains matchs. J’ai pu entrer dans les vestiaires Finlandais, Canadiens, Slovènes… Toujours intéressant de voir l’envers du décor.

L’avantage de mes accréditations, c’est que j’avais accès presque partout, notamment en tribune. De ce fait, quand je n’étais pas en mission, j’avais la possibilité d’aller en tribune pour voir les matchs. C’est comme ça que j’ai vu presque tous les matchs du mondial. Un peu comme un privilégié. Quelles émotions j’ai eues avec tous ces matchs. Le match de mammouth de Florian Hardy face à la Finlande, la frustration de la défaite face à la Norvège (qui nous coûtera certainement la qualification d’ailleurs), l’exploit proche face au Canada… Indescriptible. Les chants des Suisses, venus en nombre supporter la Nati, les Norvégiens très colorés, la patinoire pleine pour le duel face aux cousins Canadiens… J’avais aussi accès, lors de mes missions de runner, au bord de glace. J’ai pu observer de prêt le gardien Suédois Henrik Lundqvist, venu aider ses coéquipiers à remporter le titre à Cologne (face au Canada en finale).

Henrik Lendqvist

Les émotions

Il m’est impossible de choisir un match ou une émotion. Les 2 images que je retiendrais en priorité sont celles de Pierre Edouard Bellemare élu joueur Français du match face à la Finlande qui laisse le trophée à Florian Hardy sous les vivas du public et le tour d’honneur des 2 légendes qui prenaient leur retraite. Ah, ce tour d’honneur. Cristo et Cap’tain Meunier, ensembles avec leurs enfants sous les ovations du public, les larmes aux yeux.. Grand moment de communion avec les Français. Déchirant, émouvant, magnifique. Les 2 grognards en interview sur les écrans de Bercy se rappelleront souvent ce dernier match, pour l’honneur, face aux Slovènes. La page bleue est tournée pour ses 2 Messieurs du hockey Français qui auront leur place au Temple de la Renommée français. Cristowall qui a porté les bleus à bouts de bras avec des arrêts stratosphériques pendant des années. Lui, le seul Français qui a remporté la NHL avec Chicago en 2010. Sympa, accessible, il a tout pour plaire… Laurent Meunier, Capitaine courage pendant des années. Lui aussi s’en va. j’ai eu la chance de poser en photo avec eux 2 au centre des volontaires le lendemain du dernier match, pour la fête des volontaires…

Avec Cristobal Huet

 

Avec Laurent Meunier

Oui, rencontres, partages, échanges, émotions. Tout était réuni lors de ce mondial inoubliable. Même si la France a échoué dans sa quête de Top 8, elle nous aura régalés et fait plaisir. Les Bleus ont mouillé le chandail, c’est tout ce qu’on leur demande. En termes de rencontre, nous venions d’horizons divers. Comme Philippe, membre d’une table de marque comme moi, à Grenoble. Nous avons sympathisé lors de nos retours en métro le soir. Je le remercie de m’avoir permis d’avoir un palet de la compétition. On a beaucoup discuté hockey, je l’ai même recroisé à Pôle Sud en match de présaison entre Grenoble et Lyon. Autre rencontre : Angélique, une fille qui partait en PVT Canada peu après le mondial, maintenant installé vers Montréal. J’aurais sûrement l’occasion de la revoir autour d’un verre une fois là bas. Et puis, les rencontres, même d’un jour, dans d’autres équipes de volontaires comme la blanchisserie qui m’a permis de voir sous un autre angle la compétition. Et de croiser un Spinalien que j’ai déjà recroisé à Charlemagne cette saison. Et un dernier échange intéressant avec Sylvain, journaliste sportif et administrateur d’un groupe de discussion sur le hockey sur Facebook, pendant un Slovénie-Biélorussie. Hockey, mondial, fédération, expatriation, joie d’être ici, tout y passe pendant quelques minutes avant de reprendre nos occupations respectives.

Fin d’année

Une fois le mondial terminé, j’ai suivi la fin de la saison NHL puis j’ai attendu le retour à la compétition en France. Avec les travaux à Charlemagne (réfection de la glace), le 1er match eut lieu en septembre… enfin, aurait du avoir lieu, car il y a eu quelques soucis.

La nouvelle glace de Charlemagne

A présent, la saison a bien repris et les Lions confirment la bonne saison de l’an dernier. Je profite à fond des derniers matchs avant mon Grand Départ. D’ailleurs, je profite aussi de cette fin de saison pour partager et échanger avec les autres bénévoles de la table de marque. J’ai notamment fait découvrir la Poutine Canadienne au marché de Noël de Lyon à 2 d’entre elles.

Une poutine au Marché de Noël

Cela me rappelai mon petit trip à Montréal il y a quelque temps. J’en avais d’ailleurs profité pour goûter au hockey de haut niveau lors de ce match au Centre Bell, antre des Canadiens… Même si ces derniers ne sont pas du tout dans une bonne saison, j’ai hâte d’y retourner soit pour les hommes, soit pour les Canadiennes qui tournent bien.

Go Habs Go, dans l’antre des Canadiens

 

2018 sera hockey ou ne sera pas, mais je n’oublierai certainement pas 2017 en termes de hockey

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s